Déjà deux fois candidat à l’Élysée, le souverainiste «n’envisage rien» mais «ne ferme aucune porte» en vue de la prochaine échéance nationale.

Voir la source