Auteur-compositeur-interprète majeur, imbibé de rock indépendant autant que de chanson française ou de hip-hop, Michel Cloup développe depuis trente ans, au fil de projets divers (Lucie Vacarme, Diabologum, Experience…), un langage musical d’une exigence sans faille et d’une sincérité sans fard. Après avoir mené le palpitant Michel Cloup Duo – d’abord avec le batteur Patrice Cartier, puis avec le batteur Julien Rufié de 2016 à 2019 –, il a ressenti, à l’approche d’une nouvelle décennie (et de la cinquantaine), le besoin d’essayer autre chose.

Seul dans sa chambre ou dans son studio, il a expérimenté tous azimuts, en jouant de plusieurs instruments, en chantant, en criant, en bidouillant des rythmes, en improvisant des rimes, en triturant, en raturant, en tâchant tout du long de lâcher prise au maximum. Réalisé ainsi presque totalement en solitaire (Julien Rufié apporte sa touche rythmique sur deux des dix chansons) et finalisé au printemps dernier, l’album qui résulte de cette intrépide tentative s’intitule Backflip au-dessus du chaos – voilà qui laisse augurer d’intéressantes secousses.

Une harangue cathartique de plus de huit minutes

De fait, on est d’emblée frappé·e de plein fouet par En attendant demain, rageuse diatribe saturée d’électricité. S’achevant abruptement, elle s’enchaîne sans répit avec Mon ambulance, galvanisante échappée belle à travers “cette ambiance générale mortifère”, puis Introspection, enquête de personnalité (“Avez-vous l’impression de bien vous connaître ?”), carburant à l’énergie satirique.

Au cœur du disque se déploie Lâcher prise, chanson programmatique avec laquelle Michel Cloup a enclenché tout le processus fin 2019. Longue harangue cathartique de plus de huit minutes, répétitive et convulsive, elle évoque parfois une version ulcérée de Comme à la radio, mythique rengaine de Brigitte Fontaine.

Dans un registre différent, plus intimiste, se détache aussi Ciao Bye Bye, adieu très touchant à l’écrivain Joseph Ponthus (fauché par un cancer en 2021, à 42 ans), auteur du récit À la ligne, dont Michel Cloup a conçu une saisissante traduction musicale – sur scène et sur disque – en trio avec Julien Rufié et Pascal Bouaziz. Arrive ensuite la dernière chanson, L’Internationale 2022, interprétation vibrante de l’hymne mythique des luttes ouvrières qui lui confère une résonance intense au cœur du temps présent et conclut superbement cet album éclatant de bout en bout.

Backflip au-dessus du chaos (Ici D’Ailleurs…/L’Autre Distribution). Sorti depuis le 18 novembre.

Voir la source