Rejetées d’avance par l’Ukraine et ses alliés occidentaux, ces consultations organisées dans des conditions troubles et qui commencent vendredi sont censées permettre au Kremlin de défendre ces territoires comme s’ils appartenaient à la Russie.

Voir la source