Un gynécologue parisien renommé, Emile Daraï, a été mis en examen pour violences volontaires par personne chargée d’une mission de service public à l’égard de 32 plaignantes qui l’accusent d’avoir pratiqué des examens vaginaux et rectaux de manière brutale et sans demander leur consentement.
Ce spécialiste de l’endométriose, sexagénaire, ancien chef du service de gynécologique-obstétrique et de médecine de la reproduction à l’hôpital Tenon, a été mis en examen mercredi et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contact avec les victimes et de tenir des consultations privées de gynécologie, selon une source judiciaire jeudi, confirmant une information de Franceinfo.
Sollicité par l’AFP, son avocat n’avait pas répondu en fin d’après-midi.

Voir la source