Reculer dans les terres un camping littoral ou une ferme d’agneaux de prés-salés: des projets de “repli stratégique” commencent à voir le jour face à la mer qui grignote les côtes mais l’argent manque pour financer ce grand déménagement pourtant inéluctable avec le changement climatique.
“On a décidé de relocaliser notre camping”, actuellement à 50 m du rivage, “ici à 700 m de la mer pour éviter les inondations qui ont meurtri ce camping et prendre en compte le changement climatique, le recul du trait de côte”, explique Jean-François Bloc, maire depuis 34 ans de Quiberville (Seine-maritime), une station balnéaire qui affiche 2.500 habitants l’été. Derrière lui s’affairent les pelleteuses sur le terrain du futur “camping nature” annoncé pour l’été 2023.

Voir la source