La Maison Blanche a condamné samedi “les conséquences potentiellement catastrophiques, dangereuses et inacceptables” d’une décision d’une juge de l’Arizona, qui selon les médias américains réactive une interdiction de l’avortement remontant au XIXe siècle.
“Si cette décision se confirme, le personnel de santé risquera jusqu’à cinq ans de prison s’il remplit son devoir de soin; des personnes ayant survécu au viol et à l’inceste seraient forcées de porter les enfants de leurs agresseurs; et des femmes (enceintes) ayant des problèmes de santé seraient confrontées à des risques terribles”, a assuré la porte-parole du président Joe Biden, Karine Jean-Pierre, dans un communiqué.
Une juge du comté de Pima en Arizona, un Etat très disputé politiquement et jouant un rôle majeur dans la campagne pour les élections législatives de novembre, a rendu vendredi une décision qui fait beaucoup de bruit.

Voir la source