Ils payerent la defaite de 1940 en etant les exclus des fetes de la victoire de 1945. Un ouvrage analyse l’ostracisme subi depuis la fin de la guerre.

Voir la source