Située à la frontière entre la France et le Brésil, la ville guyanaise de Camopi (ici photographiée en 2013 à l'occasion d'une visite sur place du Premier ministre d'alors, Manuel Valls), est notamment un lieu d'implantation de la Légion étrangère. 

CORONAVIRUS – Une singularité sur le territoire français. Le préfet de Guyane a signé ce mercredi 30 septembre un arrêté confinant de nouveau Camopi, une commune amérindienne du parc amazonien de Guyane à la frontière fluviale du Brésil, en raison d’une recrudescence de l’épidémie de covid-19, a indiqué la préfecture à l’AFP.

La mesure est prévue pour 15 jours.

En mai, peu après le déconfinement, cette commune de 1.828 habitants et de 10.030km2 avait été reconfinée à la suite d’un foyer d’infection touchant principalement des légionnaires du 3ème REI et des piroguiers amérindiens de la Légion étrangère.

Bondissement du nombre de cas en septembre

Camopi n’avait en revanche plus connu de cas de coronavirus entre la fin juin et la fin août selon les données des autorités, la commune déplorant 3 cas le 23 août puis un le 27.

Mais entre le 1er et le 29 septembre, “il y a eu 66 cas, dont 64 peuvent être considérés réellement de Camopi, deux d’entre eux n’y habitant plus”, a confié à l’AFP un professionnel de santé. Sur ce total, 49 nouveaux cas ont été décomptés sur une semaine, entre le 23 et le 29 septembre, selon les autorités.

“Il y a eu un relâchement et c’est tout le village de Camopi qui est touché : le bourg, un secteur en aval et il y a même trois cas à Trois Sauts (à 9 heures de pirogue au sud du bourg de Camopi, ndlr)”, a déclaré à l’AFP Laurent Yawalou, le maire amérindien de la commune.

Une résurgence liée à la proximité de la frontière

Camopi est en proie à l’orpaillage illégal (c’est-à-dire la recherche sauvage d’or dans les rivières) avec, sur la rive brésilienne à proximité, deux villages bases arrières de cette activité, dont l’un face au bourg. Fin janvier, une mission du Parc amazonien avait répertorié 25 sites aurifères illégaux actifs sur Camopi.

“L’interdiction de la circulation entre la France et le Brésil est maintenue sur toute la frontière et les autorités brésiliennes ont prolongé les restrictions d’accès à leur territoire national jusqu’au 30 octobre”, rappelle la préfecture.

Mais “les habitants de Camopi n’ont jamais cessé de faire la navette entre chez eux et en face, notamment pour leurs courses, le carburant etc. Et inversement, Brésiliens et Brésiliennes viennent en consultation à Camopi et aussi pour les accouchements”, a expliqué à l’AFP un personnel de santé.

Le préfet a également signé un arrêté consacrant la fermeture pour 15 jours à compter de jeudi des cinq établissements scolaires de Camopi: le collège et l’école du bourg de Camopi et trois écoles que l’on ne rejoint qu’en pirogue.

À voir également sur le HuffPost: À Marseille, pourquoi l’exécutif ne veut pas accorder de sursis

Voir la source

Une réaction ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Nous redécouvrons le plaisir d'une liberté retrouvée. Pour vos lectures d'été, adoptez l'abonnement liberté sans engagement ; Choisissez des magazines, changez au gré de vos envies. Autre avantage, c'est des dépenses plus légères : avec le prélèvement Sepa mensuel, vos paiements sont étalés mois par mois. Cerise sur le gâteau : vous payez seulement le mois suivant la réception des numéros.C’est le moment de vous faire plaisir !

L'offre 100% web qui suit les évolutions des tarifs réglementés HT jusqu'à 10% de réduction

  • 10% de réduction, indexé sur le prix de l’énergie HT
  • Offre 100% web et sans engagement
  • Un geste pour la planète : options compensation carbone et/ou reforestation pour 1€ TTC par mois pour chaque énergie