5 startups pour pitcher devant des investisseurs potentiels

Cinq fondatrices se sont prêtées au jeu du pitch devant un parterre d’invités composé de business angels, family office, banquiers d’affaires et autres entrepreneurs.

  • La première à monter sur scène fut Audrey Bouyer, fondatrice de Wounded Women. La startup fabrique, à partir d’un tissu français innovant, la première culotte dédiée au confort des cicatrices abdominales. “J’ai décidé de créer ma boîte après ma césarienne. J’étais choqué de voir qu’il n’existait aucun produit capable de me soulager”, raconte-t-elle. Et en effet, 200 000 femmes par an souffrent de cicatrices abdominales, et 30 millions de césariennes sont pratiquées par an dans le monde. Si Wounded Women affiche un chiffre d’affaires de 6 600 euros sur les cinq derniers mois, la startup a de grandes ambitions pour 2023.

 

  • La France compte plus de 2,5 millions de personnes de plus de 85 ans et 350.000 enfants qui ne trouvent pas de place en crèche. À partir de ce constat, deux camarades d’école, Astrid Parmentier et Pauline Faivre, ont décidé de créer Tom et Josette, un réseau de micro-crèches inter-générationnelles. “Notre objectif est de renforcer le lien intergénérationnel en faisant cohabiter, dans un même lieu de vie, des enfants de moins de trois ans et des personnes de plus de 85 ans”, expliquent les deux fondatrices. L’équipe compte déjà 40 membres et 16 structures en France.

 

  • Ils ont levé 700.000 euros cet été et prévoient un nouveau tour de table de 2,5 millions en 2023. Il s’agit d’Ezymob, que Maddyness avait déjà rencontré à VivaTech. La startup, représentée par sa fondatrice Camille Maldjian, facilite le déplacement des personnes en situation de handicap grâce à un algorithme d’intelligence artificielle. “Nous travaillons à l’accessibilité universelle, notamment pour les transports en commun et les établissements recevant du public”, annonce Camille Maldjian. Son plus gros projet à venir : les Jeux Olympiques de Paris 2024.

 

  • Particuliers ou entreprises, de nombreux colis sont envoyés tous les ans, parfois même tous les mois ou tous les jours selon les secteurs d’activité. Anne-Sophie Raoult a donc pitché Hipli, la startup qu’elle a cofondée en 2020 pour réduire l’impact environnemental du e-commerce. “Notre mission est de développer un colis réutilisable 100 fois, ce qui permettrait d’éviter le rejet de 25 kg de déchets par an et par colis”, indique la fondatrice. Et si la jeune pousse compte déjà 250 000 colis en circulation, elle vise le déploiement d’un million de colis réutilisables en 2023. 

 

  • 90% des biodéchets ne sont pas valorisés en France. C’est pourtant un levier vital dans la lutte contre le réchauffement climatique. Clara Duchalet a donc créé Vépluche, une startup qui transforme les biodéchets en compost, notamment pour les restaurants, fleuristes, et autres entreprises. “Depuis 2019, nous avons valorisé 200 tonnes de biodéchets, qui ont donné 75 tonnes de compost”, affirme la fondatrice. Et il reste fort à faire, puisque le marché du traitement des biodéchets est estimé à 300 millions d’euros en France, et 5 milliards en Europe.

Rendez-vous en mai 2023 pour la remise des prix

Après cette soirée organisée par Cartier Women’s Initiative, en collaboration avec Maddyness, se tiendra la remise des prix de Cartier Women’s Initiative en mai 2023, qui mettra en lumière 33 nouvelles fellows à impact venant du monde entier.

L’article Depuis 16 ans, Cartier fédère son écosystème d’entreprises à Impact est apparu en premier sur Maddyness – Le média pour comprendre l’économie de demain.

Voir la source