[Mis à jour le 24 novembre 2020 à 08h40] Le versement de l’aide exceptionnelle de solidarité est désormais imminent : il doit débuter à partir du vendredi 27 novembre. Si vous êtes concerné, vous en avez sans doute été informé par courrier ou par courriel, et il est peut être même déjà visible sur votre compte allocataire. Pour rappel, l’aide exceptionnelle est versée aux foyers les plus précaires, qui touchent déjà certaines aides sociales de la CAF et de Pôle emploi, au titre des mois de septembre ou octobre 2020. Le montant, lui, dépend de votre situation sociale et familiale. Pour rappel, elle a été créée au printemps dernier et a été renouvelée sur décision du président de la République à la mi-octobre, dans le contexte de la seconde vague épidémique de coronavirus. Le versement est automatique, par virement bancaire, comme la prime de Noël par exemple. Il n’est donc d’aucune utilité de contacter les organismes chargés du versement en amont. Prenez simplement le temps de vérifier vos informations bancaires sur votre compte d’allocataire. 

A noter : l’échéance du 27 novembre ne s’applique pas aux étudiants boursiers qui bénéficient de l’aide exceptionnelle de solidarité. Elle leur sera versée par le Crous début décembre. 

ce décret, la voici

  • RSA 
  • RSO
  • Allocations logement (APL) : tous les allocataires ne sont pas concernés, rendez-vous plus bas pour en savoir davantage. 
  • ASS
  • AER
  • La prime forfaitaire pour reprise d’activité 

RSA, les APL et le RSO. Si vous percevez l’une de ces aides sociales, et êtes bien concerné, vous en serez informé en amont par votre caisse, soit par mail, soit par courrier. 

Le versement est programmé le vendredi 27 novembre 2020. “[Le versement] s’affichera dans votre Espace Mon Compte ou sur l’appli mobile Caf – Mon Compte à partir du 22 novembre”, explique-t-on sur le site de la CAF. Rappelez-vous qu’il peut y avoir un délai traitement selon les banques. Ne soyez donc pas surpris si le versement n’est pas effectif le jour même. 

L’aide exceptionnelle de Pôle emploi, c’est pour qui ?

Il faut toucher certaines aides sociales de Pôle emploi pour être éligible : l’ASS, la prime forfaitaire pour reprise d’activité et l’AER. Pour rappel, l’ASS concerne les chômeurs qui ont épuisé leurs droits aux allocations chômage. Si vous touchez l’ARE (allocation de retour à l’emploi), vous ne toucherez donc pas l’aide exceptionnelle de Pôle emploi. Ayez à l’esprit que l’AER et la prime forfaitaire pour reprise d’activité ne sont, aujourd’hui, plus attribuées. L’allocation équivalent retraite, elle,  était destinée aux demandeurs d’emploi qui n’avaient pas encore atteint l’âge de la retraite mais qui justifiaient déjà du nombre de trimestres pour une retraite à taux plein. Elle n’est plus attribuée depuis 2011. Quant à la prime forfaitaire, elle concernait les bénéficiaires de l’ASS en reprise d’activité professionnelle et n’est plus attribuée depuis 2017. 

Que se passe-t-il si votre conjoint touche une aide de la CAF, mentionnée plus haut, comme le RSA par exemple ? “Entre Pôle emploi et la Caisse d’allocation familiale, c’est la CAF qui sera prioritaire”, pouvait-on lire dans un article datant du printemps sur le site de Pôle emploi

Vous vous interrogez sur les éventuelles démarches que vous devriez accomplir auprès de Pôle emploi ? Sachez que, si vous avez un enfant à charge, vous êtes susceptible de devoir fournir certains justificatifs. “Le versement de la prime de 100 € par enfant à charge n’est pas automatique”, avertissait Pôle emploi il y a quelques mois. ‘Le courrier d’attribution envoyé à chaque bénéficiaire l’aide de 150 € est accompagné d’une “Attestation sur l’honneur”, valant demande de versement de l’aide complémentaire pour enfants à charge. Il faudra fournir la copie de votre livret de famille ou de votre dernière attestation de paiement de la CAF, et répondre aux questions suivantes pour qu’un conseiller puisse traiter votre dossier :  Nombre d’enfants à charge (…) ; préciser si votre conjoint reçoit l’ASS, la prime forfaitaire de reprise d’activité ou l’AER ; préciser si votre conjoint bénéficie du RSA (…) ; préciser si votre conjoint a déjà déposé une demande d’aide exceptionnelle pour enfants à charge (…)”.

APL ne pourront pas bénéficier de l’aide exceptionnelle de solidarité. Le gouvernement a défini deux publics distincts : les familles avec au moins un enfant à chargé, âgé de moins de 20 ans, et les jeunes de moins de 25 ans, percevant les APL, non-étudiants ou apprenti ou étudiant salarié. Si vous n’êtes pas dans l’un des cas de figure présentés ici, par exemple que vous n’avez pas d’enfant à charge et que vous êtes âgés de plus de 25 ans, vous ne toucherez pas l’aide exceptionnelle de la CAF. 

Quels sont les étudiants et jeunes concernés par l’aide exceptionnelle ?

Lors de son interview télévisée, Emanuel Macron avait annoncé une “aide exceptionnelle” pour “les bénéficiaires du RSA et des APL – ce qui touche du coup tous les jeunes très largement, les 18/25 ans”. Matignon avait toutefois rectifié le tir excluant les jeunes et provoquant une levée de boucliers des associations. Résultat, le Premier ministre a fini par annoncer que les jeunes touchant les APL – non étudiants ou apprentis ou étudiants salariés et âgés de moins de 25 ans – et les étudiants boursiers pourront toucher l’aide exceptionnelle de 150 euros. Au total, ce sont donc plus d’un million de jeunes qui vont bénéficier de la prime. Quelles sont les modalités de versement ? On vous les résume :

  • Vous êtes jeune, âgé de moins de 25 ans et touchant les APL : le versement sera assuré par la CAF fin novembre. 
  • Vous êtes étudiant boursier : le versement sera assuré par le CROUS, “sans démarche de votre part”. “Le Crous la versera au début du mois de décembre avec votre mensualité de bourse habituelle”, indique-t-on sur le site officiel du gouvernement.

Pour rappel, au printemps dernier, les étudiants avaient pu bénéficier d’une aide de 200 euros sous conditions.  

Je perçois l’AAH, vais-je recevoir l’aide exceptionnelle ?

Tout dépend en réalité de votre situation familiale et sociale. Si vous ne touchez aucune autre aide sociale en plus de l’AAH, vous n’êtes pas éligible à l’aide exceptionnelle. Les personnes percevant l’allocation aux adultes handicapés vont pouvoir bénéficier de l’aide exceptionnelle de solidarité, si elles perçoivent l’APL, mais sous conditions. Comme tous les allocataires des APL, seules deux situations permettent d’avoir droit à l’aide exceptionnelle de la CAF (lire ici) : avoir au moins un enfant à charge ou être âgé de moins de 25 ans et non-étudiant. 

En clair, si vous n’êtes pas dans l’une des situations citées précédemment alors que vous touchez les APL, vous ne toucherez pas l’aide exceptionnelle. Qu’en est-il si vous percevez le RSA en plus de l’AAH ? Pour rappel, les bénéficiaires de l’AAH peuvent la cumuler avec le RSA, lorsqu’ils remplissent les conditions requises. A ce titre, ils peuvent donc aussi bénéficier de l’aide exceptionnelle. Elle s’élève alors à 150 euros, auxquels s’ajoutent 100 euros par enfant à charge. 

Voir le dossier

Confinement : comment gérer au mieux votre budget ? Ce que vous pouvez ajuster ou non

Comment ça marche lorsque les enfants sont en résidence partagée ?

Allez-vous toucher l’aide exceptionnelle de solidarité de la CAF dans son intégralité ou bien sera-t-elle partagée avec votre ex-conjoint ? Sollicitée par Linternaute.com, la Caisse nationale des allocations familiales a répondu à cette interrogation : pas de partage de l’aide pour les parents dont les enfants sont dans une situation de résidence alternée. Imaginons, par exemple, que vous percevez les APL. A ce titre, vous bénéficierez donc, a priori, de 100 euros par enfant. Dans les faits, l’aide exceptionnelle sera intégralement versée au parent pour lequel “les enfants sont comptabilisés à charge” pour le calcul des APL, nous a-t-on expliqué. 

Voir le dossier

Nos 30 conseils pour faire des économies au quotidien